Brexit : ce qu’il pourrait changer pour l’immobilier en 5 points

Sortie du Royaume-Uni: quelles conséquences sur le marché du logement

villes prix immobiliers en baissent 2014

Si la nouvelle du Brexit a fait l’effet d’un coup de tonnerre au sein de l’Union européenne, ses effets ne sont pas encore tout à fait connus. En plus des dissensions apparues dans la société britannique et des turbulences politiques et financières, l’immobilier pourrait bien souffrir lui aussi du divorce entre la Grande-Bretagne et l’UE. Tour d’horizon des 5 points à surveiller…

Vers une baisse du prix de l’immobilier de luxe au Royaume-Uni ?

Si la livre sterling se redresse peu à peu, rien ne dit que cette tendance suffira à la ramener au niveau qui était le sien avant le Brexit. La monnaie a en effet connu une baisse record de 8,8 % par rapport au dollar pour atteindre son niveau le plus bas depuis 30 ans. Cette perte de valeur joue bien entendu sur le pouvoir d’achat des Anglais. Mais dans le même temps, alors que le marché immobilier britannique était à l’arrêt depuis cinq mois, la baisse de la livre pourrait faire baisser les prix de l’immobilier, en particulier de l’immobilier de luxe.

Grande-Bretagne : l’immobilier plus attractif pour les étrangers ?

Dans le même temps, la parité de la livre sterling avec les autres monnaies pourrait devenir très intéressante pour les acheteurs étrangers au Royaume-Uni. Knight Frank, société de conseil international en décisions immobilières, prédit une belle augmentation du pouvoir d’achat des acheteurs asiatiques (Chine, Singapour, Hong-Kong) déjà très amateurs d’immobilier britannique. Les recherches de biens immobiliers anglais ont d’ailleurs déjà augmenté de 30 % sur le site chinois Juwai.com par rapport à mai.

Hausse de prudence chez les acheteurs britanniques après le Brexit

Alors que de nombreux sujets de Sa Majesté avaient renoncé à acheter en raison de la hausse continue du prix des biens immobiliers (13 % par an), le Brexit pourrait-il provoquer un recul des prix et favoriser ainsi un retour des acheteurs ? Rien ne le laisse présager selon les experts qui misent plutôt sur une stagnation. Les acquéreurs pourraient en effet faire preuve d’une extrême prudence, attendant de connaitre un peu mieux les véritables conséquences du Brexit. D’autant que les taux d’intérêt risquent d’augmenter.

Les prix de l’immobilier londonien pourraient s’aligner sur ceux de Paris

Jusqu’à présent, un acheteur immobilier devait débourser 2,7 fois plus à Londres qu’à Paris pour espérer obtenir la même surface avec le même standing. À la suite du Brexit, le prix du mètre carré pourrait se rapprocher entre les deux capitales, offrant en même temps un peu plus de faste aux biens de luxe parisiens.

Moins d’investisseurs anglais dans les régions françaises

Mais, les acheteurs britanniques risquent de souffrir d’un taux de change qui aura tourné en leur défaveur. Alors qu’ils étaient nombreux à acquérir leurs résidences secondaires dans les régions françaises (en particulier dans le Périgord, la Dordogne ou encore la Vendée), les Anglais risquent avec le Brexit d’avoir plus de difficultés pour investir en France.

Publié par Anne Maurel

Partager cette page :