Zoom sur le diagnostic amiante

L’amiante est un matériel massivement utilisé dans les années 60. Interdit depuis 1997, il reste tout de même présent au sein de nombreux bâtiments et équipements.

diagnostic amiante 2012 brunolaon

Photo Amiante par brunolaon (CC BY-ND 2)

Les biens concernés

Le diagnostic amiante n’est pas obligatoire pour les maisons individuelles en dehors des cas de vente et de démolition.

Ce diagnostic immobilier est également destiné aux immeubles collectifs d’habitation dont la date de construction est antérieur au 1er juillet 1997 pour les parties privatives (appartements) et collectives (cage d’escalier, hall d’entrée…).

Au sein des parties privatives (appartement, cave, emplacement de stationnement dans les parkings en sous-sol), le diagnostic amiante permet de repérer les matériaux pouvant libérer des fibres d’amiante.

Où trouve t-on l’amiante ?

L’amiante se concentre principalement dans :

– Les faux plafonds, les calorifugeages et les flocages des immeubles construits avant le 1er juillet 1997
– Les matériaux en fibre ciment, les dalles de sol, les enduits projetés…

Au sein des parties communes, le diagnostic amiante concerne les matériaux contenant de l’amiante libre et de l’amiante dit liée qui correspond aux murs, cloisons, dalles de sol, plafonds, poutres et charpentes, gaines, canalisations, conduits … (la liste de ces matériaux est définie par décret). Le rapport de ce diagnostic doit apparaître dans le DDT (dossier de diagnostic technique) et doit être mis à la disposition des occupants de l’immeuble.

Diagnostic amiante avant-démolition

Pour toute démolition d’immeuble et de maison individuelle construits avant le 1er juillet 1997, les propriétaires devront établir un diagnostic amiante avant-démolition. Les résultats du rapport devront être transmis aux personnes qui entreprennent les travaux à venir.
L’extraction des matériaux contenant de l’amiante devra être effectuée avant la démolition du bâtiment (sauf impossibilité).

Comment se déroule le diagnostic amiante ?

Le diagnostiqueur procède à la recherche de matériaux contenant de l’amiante selon une liste pré-définie par la réglementation et la Norme 46-020 datant de décembre 2008.

Si l’analyse se révèle négative, c’est qu’aucune présence d’amiante n’est constatée. Dans le cas contraire, et en fonction de l’état de conservation des matériaux, la démarche à entreprendre est différente. Cela peut aller du simple contrôle tous les 3 ans jusqu’aux travaux de confinement ou l’extraction des matériaux contaminés par une entreprise qualifiée.

Partager cette page :