Diagnostic incendie : comment prévenir les risques ?

En France, un incendie sur 4 est provoqué par une installation électrique défectueuse. C’est pour cela qu’il est important de compléter son diagnostic électricité par un diagnostic incendie. Ce diagnostic renseigne l'habitant du niveau de sécurité de son logement et lui permet ainsi de mettre en place les mesures de protection adéquates.

Diagnostic incendie - touslesdiagnostics.com

Le diagnostic incendie est indispensable pour tout bâtiment recevant et hébergeant du public (les maisons de retraite, les hôtels, les internats, les colonies de vacances…).

Néanmoins, il n’est pas obligatoire pour les particuliers mais est vivement conseillé.

Lors de son expertise, le professionnel établit une liste de mesures de protection à mettre en place pour écarter et diminuer toute menace d’incendie (mise en place d’extincteur, de détecteur de fumée, de porte coupe-feu…). A la suite de ces recommandations, l’expert évalue de nouveau le risque de sureté générale de l’habitation.

Depuis le 13 janvier 2010, tous les logements doivent être équipés d’un ou plusieurs détecteurs de fumée de type DAAF. Propriétaires comme locataires ont jusqu’en 2015 pour procéder à leur installation.

Ce diagnostic ne possède pas de validité. Sa validité dépend uniquement de l’évolution des normes d’incendie et de l’entretien de l’équipement de sécurité (extincteurs, détecteurs de fumée…).

De plus, il est important de vérifier que les détecteurs soient de types DAAF (Détecteur Autonome Avertisseur de Fumée) portant la mention CE ainsi que la norme EN 14604.

En effet, seuls ces détecteurs sont considérés comme valides. Ils coûtent entre 10 et 50 euros.

Partager cette page :