L’immobilier, une valeur sûre en 2012

Malgré un contexte politico-économique tendu, la pierre garde son charme et son attrait aux yeux des français.

marché immobilier 2012

Les Français confiants

Des conditions d’accès au prêt renforcées et des prix toujours surévalués ne découragent pas tous les candidats à l’acquisition.
D’après une récente étude IFOP, un peu moins de la moitié des interrogés assurent prévoir l’acquisition d’un bien immobilier en 2012.

L’ancien boudé

L’enquête révèle qu’en 2012, au sujet des intentions d’achat, seulement 1 acquisition sur 7 concernerait un logement ancien.

Un contexte favorisant l’attentisme

Malgré les bons chiffres de l’immobilier, 40% de personnes interrogées affirment hésiter dans la mise en place de leur projet pour des raisons de budget. Les difficultés économiques que traversent l’Europe semblent plus impacter les ménages français que les élections présidentielles imminentes.

Même si ces derniers ne restent pas insensibles aux propositions des différents candidats dans le secteur immobilier, l’issue du scrutin en mai ne paraît pas soulever d’inquiétude de leur part.

Des dispositifs d’aide trop timides

Les dispositifs gouvernementaux de soutien et d’incitation à l’achat sont perçus comme hésitants par les français alors qu’ils apparaissent incontournables dans un marché immobilier tendu. Les 18-30ans sont les plus touchés par cette difficulté d’accès à la propriété. L’augmentation des prix constatée depuis plusieurs années génère des coûts d’acquisition d’autant plus élevés.

Même si les banques prêtent, leur budget s’en trouve fortement déséquilibré car la hausse du pouvoir d’achat et des revenus, progressent moins vite que les prix de l’immobilier. Néanmoins ces derniers tendent à se stabiliser dans certains secteurs, mais jusqu’à quand ?

Partager cette page :