Le diagnostic gaz évolue en 2014 pour plus de fiabilité

La norme NF P45-500 est entrée en vigueur depuis le 1er janvier dernier

Diagnostic gaz 2014 : améliorer la sécurité des installations

La norme NF P45-500 , qui doit permettre d’améliorer à la fois la lisibilité et la fiabilité du diagnostic gaz effectué lors la vente d’un bien immobilier, est entrée en vigueur le 1er janvier 2014 (sa mise en application, initialement prévue le 1er juin 2013, avait été reportée en raison de la parution tardive de l’arrêté de reconnaissance ministérielle censé l’entériner).

Cette nouvelle norme clarifie et modifie certains des points de contrôle existants, afin de garantir aux habitants une sécurité optimale et de mieux prévenir les accidents domestiques.

Elle concerne les diagnostics gaz réalisés depuis le début d’année, mais pas ceux réalisés avant qui restent valides 3 ans.

Du nouveau pour les VMC Gaz

La principale nouveauté dans l’évolution du diagnostic gaz porte sur les bâtiments équipés d’une VMC Gaz, qui permet d’évacuer le gaz tout en renouvelant l’air vicié.
Elle impose aux diagnostiqueurs de vérifier la présence et le bon fonctionnement du Dispositif de Sécurité Collectif (DSC) associé à cette installation.
Le DSC permet d’arrêter automatiquement le fonctionnement des chaudières d’un bâtiment lorsque la VMC présente une anomalie ou une défaillance.

Moins de monoxyde de carbone grâce à un diagnostic gaz plus fiable

La norme NF P45-500 concerne également les installations intérieures de gaz de plus de 15 ans, qui devront désormais afficher un taux de rejet de monoxyde de carbone inférieur à 20 ppm (parties par million), contre 25 auparavant.
Si ce seuil dépasse les 20 ppm, le diagnostiqueur devra rédiger un rapport d’anomalie, qui mentionne un danger et impose au propriétaire de réaliser des travaux.
Et s’il est supérieur à 50 ppm, la mise hors service de l’installation sera purement et simplement ordonnée.

A noter : la nouvelle norme prévoit aussi le retrait progressif des robinets sans tétine dévissable (robinets « sapins ») d’ici 2015, et des tubes souples en caoutchouc directement raccordés aux tétines d’ici 2019.

Publié par Sarah Léon

Partager cette page :