Le diagnostic radon, bientôt obligatoire ?

Votre bien est-il exposé au radon ?

L’information des particuliers sur les risques liés au radon semble être une préoccupation importante du gouvernement. Un projet de loi visant à rendre obligatoire le diagnostic radon a été présenté.

Le radon, un gaz radioactif sous surveillance

Le radon, un gaz naturel radioactif dérivé de l’uranium et du radium présent dans le sous-sol, peut s’infiltrer jusqu’aux habitations en remontant par le sol.

La concentration en radon dans les logements varie donc notamment selon les caractéristiques géologiques des terrains. Dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, l’information des populations sur la sûreté nucléaire tient une place importante.

Dans cette optique, le gouvernement s’interroge sur les moyens à mettre en œuvre pour informer les citoyens des risques d’exposition au radon et sur les effets néfastes de ce gaz sur la santé.

L’exposition au radon est notamment mise en cause dans certains cas de cancers du poumon.
Les pouvoirs publics ne pouvant mener à bien cette mission d’information des citoyens seuls, ils envisagent donc de demander aux propriétaires de réaliser un diagnostic visant à déterminer les risques d’exposition au radon dans le logement.

Le diagnostic radon pour informer les acquéreurs

Comme c’est le cas pour certains diagnostics, comme celui des termites, le diagnostic radon concernerait uniquement les zones géographiques présentant un risque avéré d’exposition au radon.
Ces zones seraient définies par arrêté préfectoral.

Avant de réaliser une transaction immobilière, le diagnostic radon pourrait ainsi, dans un avenir proche, devenir obligatoire.
Les propriétaires et futurs acquéreurs pourraient ainsi connaître les risques d’exposition au radon dans le logement.

A terme, selon le degré volumique de présence de radon détectée dans un bâtiment, le propriétaire pourrait également être dans l’obligation de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour réduire l’exposition des occupants et faire en sorte de préserver leur santé.

Publié par Anne Maurel

Partager cette page :