Le diagnostic radon sera bientôt obligatoire pour vendre ou louer

L’information sur le niveau d’exposition au gaz devra être fournie d’ici juillet 2017 au plus tard

 diagnostic radon 2012

Radioactivité dans les logements : un diagnostic va bientôt voir le jour

Mauvaise nouvelle pour les vendeurs et les loueurs, un nouveau diagnostic immobilier va bientôt allonger la liste déjà existante des documents à remettre à l’acheteur ou au futur locataire. Selon l’ordonnance du 10 février 2016, seront concernés par l’obligation tous les biens situés dans une zone où l’exposition au radon est susceptible de porter atteinte à la santé des personnes. Le radon est un gaz radioactif naturellement présent dans le sol. D’origine naturelle, il provient de la désintégration de l’uranium et du radium et sa concentration est de fait particulièrement importante dans les sous-sols granitiques et volcaniques.
Pour le moment le diagnostic radon qui visera à informer les acquéreurs et locataires sur les niveaux d’exposition au gaz n’est pas encore obligatoire, la date d’entrée en vigueur du dispositif doit être fixée par décret au plus tard avant le 1er juillet 2017.

Où trouve-t-on du radon ?

Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les départements où les activités volumiques du radon dans les habitations sont les plus fortes sont la Franche-Comté, la Haute-Vienne, la Creuse, la Corrèze, le Cantal, la Haute-Loire, la Loire, la Lozère et la Corse-du-Sud. Toutefois les zones où le diagnostic radon sera obligatoire seront définies par les ministres en charge de la radioprotection et du travail. Comme les diagnostics termites ou mérule par exemple, le diagnostic radon ne concernera donc pas l’ensemble du territoire. L’ordonnance précise également que « les catégories d’immeubles bâtis, les modalités de surveillance et les niveaux d’activité volumique susmentionnés seront définis par voie réglementaire ».

Habitation : les dangers du radon sur la santé

Inodore et incolore, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme. Peu connu, ce gaz radioactif est pourtant plus néfaste que l’amiante, l’arsenic, le chrome, le nickel ou même la pollution atmosphérique.
En raison de sa présence dans le sous-sol, le gaz peut se répandre facilement dans les étages des immeubles via l’escalier, l’ascenseur ou une colonne d’air. Il est alors inhalé par les résidants.
La mise en place de systèmes de ventilation à double flux permet de dissiper les concentrations importantes de gaz.

Publié par Anne Maurel

 

 

Partager cette page :