Le marché de l’immobilier se tend à Caen

Les délais de vente s’allongent dans la préfecture du Calvados

Le marché de l’immobilier se tend à Caen

Coup de frein sur l’immobilier cænnais

Attentisme des acheteurs, allongement des délais de vente, le marché de l’ immobilier à Caen tourne au ralenti. Malgré des taux immobiliers historiquement bas, le volume de transactions immobilières se réduit comme peau de chagrin dans la préfecture du Calvados.

Des ventes en baisse malgré l’attractivité des taux immobiliers

A proximité 60km de Deauville et 170km de St Malo , Caen offre un accès direct à l’Angleterre. Bien que disposant d’offres immobilières de qualité, la cité de Guillaume le Conquérant, comme toutes les villes de taille moyenne, souffre du ralentissement du marché immobilier. La suppression depuis plus d’un an du prêt à taux zéro (PTZ+) pour l’acquisition d’un logement ancien cumulée à la montée du chômage et aux inquiétudes qui pèsent sur l’économie du pays paralysent le secteur. Les acheteurs sont prudents et préfèrent reporter leur projet d’achat immobilier plutôt que de payer un logement trop cher qu’ils ne sont pas sûrs de pouvoir revendre au même prix dans un an ou deux.

Au-delà d’un certain prix, les biens peinent à se vendre

L’essentiel des demandes concernent des logements de petites tailles, de type studio, F1 ou F2 pour un budget inférieur à 140.000 euros. Ces types de bien intéressent autant les jeunes couples que les investisseurs et concentrent l’essentiel des transactions.
Plus difficiles à vendre, les grands appartements situés dans les beaux immeubles du 17 ou 19ème du centre-ville intéressent les ménages plus aisés. Quand le logement offre de belles prestations, le prix moyen au mètre carré dépasse les 3.000 euros. Toutefois les acquéreurs sont de plus en plus sensibles aux diagnostics immobiliers et notamment au DPE qui informe sur les performances énergétiques du logement, pas toujours très bonnes dans l’immobilier ancien.

Publié par Anne Maurel

Partager cette page :