Le poids des loyers a doublé depuis 1970

Le décalage entre le niveau des loyers et le revenu des ménages met en difficulté les locataires

Cecile Duflot veut encadrer les loyers dans les zones où la demande locative est forte

L’encadrement des loyers est une des mesures phares mise en place par la ministre du Logement Cécile Duflot.

Si la mesure réjouit les locataires, elle suscite de nombreuses critiques du coté de certains professionnels de l’immobilier qui affirment que, à l’exception de Paris intra-muros, le prix des loyers a augmenté progressivement ces dernières années.

Une tendance que confirme l’INSEE pour qui les loyers ont progressé de 2.4% de 1998 à 2010 soit légèrement moins vite que le revenu moyen des foyers.

Le poids des loyers a doublé en 40 ans et les locataires se sont paupérisés

Pour Jacques Friggit, économiste au CGEDD (commissariat général à l’environnement et au développement durable), la réalité est tout autre si l’on regarde 40 ans en arrière.
Pour l’auteur de l’étude « Loyers et revenus depuis les années 1970 », le loyer moyen a doublé depuis 1970 par rapport aux revenus des locataires !

Les foyers jeunes, qui représentent la part la plus importante des locataires, s’appauvrissent depuis quarante ans de 0.8% par an.

L’INSEE fait ses calculs en prenant en compte les données fiscales de l’ensemble des ménages et pas les revenus moyens des seuls locataires explique l’expert ce qui fausse les données.

La modernisation du parc locatif : une des causes de la hausse des loyers

Autre impact qui n’est pas pris en compte dans le calcul de l’INSEE mais qui participe bel et bien à faire grimper le montant des loyers : l’amélioration du confort des logements locatifs.

Lire à ce sujet notre fiche pratique sur les diagnostics obligatoires en location .

Selon Jacques Friggit, la surface d’habitation est restée constante à 70m2 environ depuis les années 80 mais la qualité des logements locatifs a progressé de manière significative notamment dans le parc privé.
Si cumulée à la baisse du nombre de personne par ménage, cette valorisation de la qualité des logements a amélioré le confort des logements locatifs elle a également entraîné une flambée des prix pénalisant les locataires les plus modestes.

Le poids des loyers coûte cher à l’Etat

Les locataires ne sont pas les seuls touchés par la hausse du prix des loyers. Le décalage entre le montant des loyers et les revenus contraint l’Etat français à augmenter le montant des aides publiques destinées à la location.

En 2012, le nombre de bénéficiaires (5.94 millions de foyers) d’une aide au logement de type APL, ALF ou ALS est resté plutôt stable en revanche la part des bénéficiaires dans le secteur locatif a bondi (augmentation de + 43.500 bénéficiaires en 2012).

Pour rappel, l’Etat a versé l’an dernier près de 16 milliards d’euros d’aides pour aider les locataires à supporter le poids de leur loyer.

Rédigé par Sarah Léon

Partager cette page :