La qualité de l’air intérieur

En accord avec les dispositions Grenelle de l’environnement I et II, est rendu obligatoire depuis début 2012 l’étiquetage des produits de construction. Cela concerne tous les éléments de finition qui peuvent recouvrir les sols ou les murs.

qualité air intérieur diagnostic 2012

L’étiquetage obligatoire

L’objectif est d’afficher distinctement grâce à ces étiquettes, le classement des produits en terme d’émission de composés organiques volatils appelés aussi COV. Ces derniers sont, en effet, néfastes pour l’organisme des utilisateurs.

Cette mesure impacte bon nombre de produits comme les fournitures à base de colle, vernis, peinture, les revêtements de sol comme les moquettes, parquets.

La loi laisse une certaine flexibilité quant aux produits mis en vente avant ce début d’année. Ils devront, avant le 07/2013, afficher ces étiquettes COV.

Un classement par lettre

Le classement de ces produits s’apparente à un DPE, avec un classement par lettre démarrant de A+ pour des fournitures émettant très peu de COV, à C pour les plus émissifs.

C’est l’information et la prévention du consommateur qui sont visées par cette nouvelle disposition réglementaire. Ces polluants sont fortement volatils et peuvent être toxiques pour la santé des utilisateurs s’ils sont inhalés. C’est en réduisant l’exposition à ces polluants que ce marquage devient pertinent.

Un enjeu de santé

Le barème prend en compte 11 COV en tout. Ils ont été définis par l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur. Ces produits sont connus pour être les plus répandus dans les logements des ménages français.

Les maladies causées par ces polluants sont diverses comme l’asthme, les réactions allergènes, conjonctivites. En moyenne, on estime que ¼ de la population est touchée par ces pathologies.

Un enjeu environnemental

Le but de ce dispositif est également de pousser les fabricants à produire et vendre des marchandises qui respectent l’environnement. Cette mesure représente cependant un coût indéniable pour les industriels dont ils restent seuls responsables de la bonne mise en place de cet étiquetage. La DGCCRF contrôlera la validité du classement affiché sur le produit.

Partager cette page :