Rénovation : comment profiter du nouveau crédit d’impôt ?

Le CITE remplace désormais le CIDD

Crédit d’impôt pour la transition énergétique : Une nouvelle mesure pour inciter les particuliers à rénover leur logement

Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) remplace le Crédit d’Impôt Développement Durable (CIDD). Il permet de bénéficier d’avantages plus importants.
Ainsi, le montant du nouveau crédit d’impôt est fixe, contrairement à l’ancien qui pouvait varier entre 15 et 25%.

C’est désormais 30% du budget engagé pour la rénovation énergétique d’un logement qui pourra être récupéré sous forme de crédit d’impôt. Autre changement important : il n’est plus nécessaire de réaliser un bouquet de travaux pour pouvoir en bénéficier.
Ainsi, vous pouvez prétendre à cet abattement dès lors que vous effectuez des travaux ou investissez dans des équipements qui vous permettront de faire baisser votre facture énergétique.

Crédit d’impôt rénovation : Qui est concerné par le CITE ?

Le CITE concerne les locataires et les propriétaires qui engagent des travaux de rénovation énergétique entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2015.
Le crédit d’impôt de 30% sera calculé sur la base des dépenses engagées et ce jusqu’aux plafonds qui ont été définis. Pour un couple, ce plafond est fixé à 16.000 € et pour une personne seule à 8.000 €.
Ce montant est majoré de 400 € par personne à charge.
Il est important de noter qu’à compter du 1er janvier 2015, il devient obligatoire de faire appel à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour réaliser les travaux si l’on veut bénéficier du CITE.

Quels sont les travaux concernés par le crédit d’impôt ?

Non seulement le CITE est plus avantageux financièrement, mais les travaux concernés ont également été élargis. L’installation d’équipements de rafraîchissement des locaux par exemple donne désormais droit à ce crédit d’impôt.
En effet, les brasseurs d’air ou tout équipement permettant d’optimiser la ventilation d’un logement permettent de limiter le recours à la climatisation et donc de réduire la consommation énergétique.

Publié par Anne Maurel

Partager cette page :